Imprimer

Tumeurs benigues du foie

Publié dans Chirurgie viscérale et digestive

I. L’adénome hépatique

est une tumeur bénigne fréquente qui doit être enlevée lorsque sa taille dépasse 5cm. Les risques évolutifs de l’adénome sont la cancérisation et l’hémorragie qui peut entre une urgence chirurgicale.

 

II. L’hyperplasie nodulaire focale

est une tumeur bénigne qui ne se complique pas et donc qui ne s’opère pas. Dans de très rares cas une hyperplasie nodulaire focale peut entraîner des douleurs ou des signes de compression si elle est volumineuse (supérieure à 10cm). On peut alors discuter une hépatectomie à condition que celle ci ne soit pas trop importante et ne comporte pas un risque élevé de complications car l’histoire naturelle de cette tumeur est le plus souvent favorable pour le patient.

                           

   1: cicatrice centrale de l'hyperplasie nodulaire focale,

   2:estomac, 3:rate, 4:poumon 

III.L’angiome hépatique

est une tumeur bénigne très fréquente qui ne se cancérise jamais. Elle ne comporte aucun risque lorsqu’elle est inférieure à 5cm. Les angiomes supérieurs à 10cm de diamètre peuvent entraîner des douleurs de la fièvre et une compression des organes de voisinage. Les ruptures sont exceptionnelles. L’indication opératoire doit être posée avec prudence

 

 

IV.Le kyste biliaire

est une tumeur également très fréquente, remplie de liquide et délimitée par u ne paroi. Il peut être unique ou multiple. Sa taille est très variable de 1 à 20cm. L’indication opératoire est posée devant un gros kyste symptomatique (douleurs) ou en cas d’hémorragie. L’intervention consiste à vider le kyste et à réséquer la partie visible de sa paroi.

                       

 

Publication

Chirurgie. 1997;122(5-6):333-7.
[37 so-called biliary cysts of the liver in adults].
[Article in French]
Guivarc'h M, Sbaï-Idrissi MS, Roullet-Audy JC, Mosnier H.

Source

Service de chirurgie digestive CMC Foch, Suresnes.

Abstract

Clinical manifestations, clinical course and therapeutic schemes were studied in 37 patients with a surgical indication for biliary cysts of the liver observed in a surgery unit over 25 years. Cyst size varied from 2 to 30 cm and was greater than 10 cm in 12 cases. Yellowish-clear contents were observed in 23 cases and purulent or hemorrhagic contents in 3 each. Twenty-three patients were asymptomatic, 14 had pain and/or complications (hemorrhage 3, infection 3, compression 3, rupture 1). Therapy was abstention in 7 cases, puncture in 5, resection of the protruding dome in 17, complete exeresis in 5, and hepatectomy in 3. There were no deaths and morbidity reached 7%. Biliary cysts of the liver can be discovered fortuitously at surgery or imagery or in patients with abdominal pain, an abdominal mass or complications including compression, intraperitoneal rupture, intracystic hemorrhage, hemobilia, acute infection, torsion, cancerization. Diagnosis requires sonography and computed tomography. Therapeutic indications are: abstention for small asymptomatic cysts. For voluminous cysts, with complications or confirmed during a supramesocolic operation, the risk of recurrence or aggravation of the complications excludes puncture or injection of a sclerosing agent, Wide resection of the protruding part of the cyst with histology resection can be performed although prospective assessment is needed. Cystectomy is not indicated if there is a diagnostic doubt. Hepatectomy is an exceptional indication retained for patients with uncontrolable hemorrhage, intra-cystic tumors or voluminous cysts destroying the lobe.

PMID: 9588046 [PubMed - indexed for MEDLINE]

Related citations

 

 

 

 

Imprimer

Les tumeurs benignes du pancreas

Publié dans Chirurgie viscérale et digestive

 

Les tumeurs kystiques du pancréas étaient considérées comme rares et leur diagnostic en imagerie était dominé par leur distinction des pseudokystes postnécrotiques et rétentionnels. La pratique plus fréquente d’examens en coupes en haute résolution (scanner et IRM surtout, échoendoscopie) a rendu le problème de leur identification beaucoup plus fréquent et même pluriquotidien, en même temps qu’elle a permis une meilleure connaissance de leurs potentialités évolutives, élément majeur de leur prise en charge thérapeutique puisque selon certains travaux récents, 30 % des adénocarcinomes ductaux du pancréas seraient issus de la dégénérescence de lésions initialement bénignes de type tumeurs intracanalaires papillaires et mucineuses (TIPMP) (devenues les plus fréquentes des tumeurs kystiques du pancréas). Les TIPMP intéressant le canal pancréatique principal ont un potentiel de malignité élevé puisque leur risque de dégénérescence est estimé à 50 % à cinq ans. Elles doivent donc théoriquement faire l’objet d’une exérèse la plus complète possible en s’efforçant d’éviter au maximum la pancréatectomie totale, grevée de lourdes séquelles nutritionnelles et fonctionnelles. Cette thérapeutique chirurgicale devant bien sûr être discutée en fonction de l’espérance de vie et du risque chirurgical chez chaque patient, en réunion de concertation pluridisciplinaire. Les TIPMP n’intéressant que des canaux secondaires du pancréas ont un risque de dégénérescence de l’ordre de 5 à 10 % à cinq ans. Elles doivent donc faire l’objet d’une surveillance par l’imagerie en coupes haute résolution pendant cinq ans et leur exérèse ne sera réalisée qu’en cas d’apparition d’éléments macroscopiques inquiétants. Contrairement aux adénomes mucineux et, à un moindre degré séreux, qui sont rencontrés avec une nette prédilection dans le sexe féminin, les TIPMP sont observées avec une fréquence globalement identique dans les deux sexes, tandis que l’exceptionnel kyste lymphoépithélial est l’apanage de l’homme d’âge moyen.


I. LES PSEUDO-KYSTES

Ce sont des tumeurs bénignes remplies de liquides. Ces tumeurs bénignes sont le plus souvent une complication des pancréatites aiguës qui sont des inflammations du pancréas.
Leur traitement est variable et est fonction de l’évolution de la maladie.

 

II. LES ADÉNOMES SÉREUX PANCRÉATIQUES

Ils sont généralement bénins (non cancéreux). Ce sont des tumeurs cystiques, contenant des liquides, et ayant l'aspect d'une éponge. Cependant, elles peuvent devenir assez grandes et peuvent nécessiter une résection chirurgicale si les symptômes, comme les douleurs et la perte de poids, apparaissent. La majorité des patients porteurs de ce type de tumeur est guérie par ablation chirurgicale.

 

III. LES CYSTADÉNOMES MUCINEUX PANCRÉATIQUES

Ce sont des tumeurs bénignes mais qui possèdent le potentiel de se transformer à la longue en cancer. Ces tumeurs peuvent être bénignes ou déjà être cancéreuses. Même dans les cas où un cancer est découvert tardivement, le pronostic de ces tumeurs est meilleur que celui des adénocarcinomes communs.

Cystadénome mucineux de la queue du pancréas , présence d’un niveau liquide-liquide (flèche) en raison d’un contenu hétérogène incluant de la mucine