Imprimer

Péritonite appendiculaire

Publié dans Chirurgie viscérale et digestive

Si il s'agit d'une péritonite , le problème peut être beaucoup plus complexe et l'hospitalisation est plutôt de une semaine.


Le traitement est chirurgical.

En cas de péritonite appendiculaire, l'inflammation locale est plus importante et surtout étendue à une partie ou à toute la cavité péritonéale. Dans ce cas, l'intervention est plus longue mais peut très bien être réalisée sous cœlioscopie. La différence essentielle est que le chirurgien réalise un lavage péritonéale sous cœlioscopie avec un drainage de l'abdomen à l'aide d'un drain ou lame multitubulé.

                                                   

 

péritonite appendiculaire par perforation d'une appendicite gangréneuse

 

 

Après l'opération

Sur le plan médical, des antibiotiques sont prescrits par voie intraveineuse pendant 48 heures au moins puis par la bouche pendant une semaine (soit un total de 10 jours d'antibiotique). La perfusion est laissée en place plus longtemps et l'alimentation n'est reprise que progressivement vers le 2ème ou 3ème jour postopératoire. Le premier repas léger est donné au patient au 3ème jour après l'opération. Le système de drainage est mobilisé à cette date qui correspond à l'arrêt des perfusions. Le drainage est ôté à J4 ou J5, et l'alimentation est reprise normalement.


Sortie de l'hôpital

La sortie du patient est possible de 5 à 7 jours après la chirurgie avec un arrêt de travail de 15 jours (ou un mois en cas de travailleur de force) et un rendez vous de consultation avec le chirurgien réfèrent. Les fils ou agrafes sont ôtés à 10 jours de l'intervention et en général l'orifice de drainage (endroit où il y avait la lame ) nécessite des soins à domicile par une infirmière.


Incidents et complications

  • Abcès profond
    Il se manifeste par de la fièvre, des difficultés d'alimentation (perte de l'appétit) et un transit anormal (diarrhée, absence de gaz). La prise de sang révèle la présence d'un nombre important de globule blanc et d'une CRP élevée. Le traitement médical par des antibiotiques peut suffire. Il est parfois nécessaire de ponctionner voir de réopérer ces patients.
  • Abcès de paroi
    La paroi devient rouge et douloureuse au niveau du site d'extraction de l'appendice. Le traitement consiste à évacuer le pu qui s'est accumulé sous la cicatrice. Le plus souvent une simple désunion par l'infirmière permet de régler le problème.
  • Fistulisation du moignon
    Dans ce cas la base de l'appendice n'est plus étanche et laisse s'écouler des matières. La situation peut évoluer vers une péritonite . Si le drainage est insuffisant une réopération est souhaitable.
  • Occlusion sur bride
    Cette complication peut survenir précocement ou tardivement. L'intestin grêle se tord sur une cicatrice interne (bride ) et plus rien ne passe. Le patient vomit, n'a plus de transit, et à mal au ventre. Le scanner en urgence permet de faire le diagnostic. En l'absence de reprise rapide du transit une intervention s'impose.

 

Imprimer

Fistules anales et Abcès de la marge anale

Publié dans Chirurgie viscérale et digestive

Anatomie du canal anal

 

 

 

 

Le canal anal est le segment périnéal de l'appareil digestiffaisant suite aurectum. Il est entouré d' un manchon musculoaponévrotique constitué par l’aponévrose pelvienne, le muscle releveur de l’anuset lesphincterexterne

Le trajet du canal anal est oblique en bas et en arrière. Il constitue avec le rectum un angle d’environ 80°, ouvert en arrière appelé cap anal.

En son tiers moyen se trouve une ligne pectinée qui correspond à un changement de muqueuse. Au-delà de cette ligne en direction du rectum, la muqueuse est rose et glandulaire. Dans cet épithélium glandulaire au niveau la ligne pectinée se trouvent 6 à 10 cryptes anales, qui permettent d'accentuer l'étanchéité du canal anal. Sous cette ligne pectinée, la muqueuse est plus violette et de type pavimenteuse. Dans cet épithélium pavimenteux se trouvent des colonnes anales qui tendent les crytes. Sous ces colonnes sont situées des glandes procoto-anales qui sont souvent le point de départ d'infection du canal anal.

Le canal anal se termine au niveau de la ligne anocutanée par la peau lisse et pigmentée de la marge anale qui se poursuit par la peau du périnée pourvue de poils et de glandes.En avant, le canal anal est en rapport avec le noyau fibreux central du périnée et les muscles qui s’en détachent.Chez l’homme, il est proche du bulbe urétral et de l’urètreet desglandes de Cooper.Chez la femme, il est en rapport avec la paroi postérieure duvagin.

Latéralement, le canal anal est en rapport avec les fosses ischiorectales. En arrière, la pointe du coccyx et le raphé anococcygien séparent l’une de l’autre les deux fosses ischiorectales.

 L’appareil sphinctérien est formé de deux éléments musculaires distincts : le sphincter interne et le sphincter externe.

Sous les veines hémorroïdalesse trouve une fine couche de muscularis mucosae. Lesphincter internedérive de la musculature circulaire du rectum, il est donc formé defibres musculaires lissessa contraction est inconsciente. Son tonus permanent est responsable de l’obturation du canal anal. Il joue de ce fait un rôle important dans lacontinence. Son innervation dépend dusystème nerveux autonome.La musculeuse longitudinale du rectum forme quant à elle le ligament de Parks.

 Le sphincter externe est un muscle strié constitué de trois faisceaux, dont les fibres s’entrecroisent en avant et en arrière du canal anal. Le sphincter externe profond est en contact avec le sphincter interne (lisse), il est relié par le muscle pubo-rectalà la face postérieure de lasymphyse pubienne, ce muscle renforce le travail du sphincter.

 

En superficie du sphincter interne se trouve le sphincter moyen, il est relié au raphé ano-coccygien donc au coccyx. Viens ensuite sous ces deux sphincters un muscle peaucier, le sphincter externe superficiel qui est lui relié au noyau fibreux central du périnée. Il plus grêle que les deux autres et ne permet pas la continence.

La vascularisation artérielle provient de trois pédicules différents : l'artère hémorroïdale supérieure, branche de l'artère mésentérique inférieure ; l'artère hémorroïdale moyenne, branche de l'artère hypogastrique ; l'artère hémorroïdale inférieure, branche de l'artère pudendale (ex honteuse) interne, elle-même branche de division de l'artère hypogastrique. Les veines suivent le trajet des artères homologues. Le plexus sous-muqueux interne se trouve drainé préférentiellement par les veines hémorroïdales supérieures alors que le plexus sous-cutané externe se draine plus volontiers vers les veines hémorroïdales inférieures. Les connexions existant entre ces deux plexus réalisent une anastomose porto-cave physiologique.